• Mécanique de l'exaspération

     

    Classe de 4è

    Mercredi 23 avril : ils doivent me rendre un devoir fait à la maison ; une quinzaine de  phrases évoquant ce qu'ils vont faire et ne pas faire durant les vacances de printemps, afin de mettre en pratique la leçon sur le futur et les différentes formulations de type "J'espère que...", "Je pense que...", "Peut-être que..." ainsi que l'obligation au futur.
    Déjà, sur 23 ou 24 élèves présents, je ne collecte que 18 ou 19 copies...
    Et je refuse une grosse douzaine d'entre elles, celles qui ressemblent à de vrais torchons : pages déchirées du cahier de brouillon, feuilles ayant servi à d'autres exercices lors de cours précédents, morceaux découpés, il manque souvent le nom, la classe, et quand ces infos sont indiquées, elles le sont dans la marge à mi-hauteur ou sous le travail ...
    Énième rappel du pourquoi-comment une belle copie bien présentée ...

    Comme je ne les revois pas avant les vacances, j'insiste sur l'obligation de remettre le travail dans mon casier avant le lendemain soir, afin d'éviter une pénalité encore plus lourde que celle prévue.
    Avant de partir en vacances, mon casier est désespérément vide de copies ...

    Lundi 12 mai : je rends les quelques copies qui m'avaient été correctement rendues en temps et en heure; une forêt de doigts se lève. Plusieurs élèves affirment avoir remis leur devoir dans mon casier, et après enquête, je découvre que ce qu'ils appellent "casier" est le bureau de la loge d'accueil ! Je fais chercher les copies, qui y étaient effectivement, mais tollé quand j'explique mon étonnement plus qu'agacé que des élèves fréquentant l'établissement depuis bientôt 3 ans ne connaissent pas l'existence de la salle des profs ... et que de toute façon, comme prévu, ils auront une pénalité de 25%.

    M'interpellent ensuite ceux qui ont fait le devoir pendant les vacances et ne me le remettent que ce jour. Protestations pour la pénalité de 50% dont ils écoperont.

    Je me tourne enfin vers les élèves dont je n'ai jamais vu la copie, et demande les carnets de liaison pour signaler que le travail n'a pas été fait. Commence une drôle de bagarre qui sent la madeleine amère -  j'ai l'impression de me retrouver 13 ans en arrière, dans le collège d'une banlieue parisienne classé ZEP - Zone sensible - Zone violence, où chaque demande de carnet donnait lieu à des "négociations" plus ou moins sereines, plus ou moins polies, plus ou moins farfelues... 

    - "J'étais pas là le 23."
    - "Et ? Cela dispense-t-il de faire le devoir ? Première nouvelle."
    - "Mais on avait plus cours d'anglais ! Et puis je savais pas !"
    - "Tu n'as pas vu tes camarades en revenant le 24 ?"
    - "On m'a rien dit !"
    - "Mais c'est à toi de te renseigner, souviens-toi, c'est à vous de rattraper les cours et les devoirs que vous avez manqués, tu le sais très bien."
    - "Ouais mais ProNote marche pas. Et puis de toute façon j'étais en Normandie pendant les vacances !"
    - "Quel est le rapport ?"
    - "Ben j'étais pas là pendant les vacances !"
    - "Donc c'est de ma faute ?"
    - "Ben c'est pas la mienne !"
    Durant tout ce dialogue, j'ai la main tendue, attendant le carnet, que je finis par obtenir.

    - "Mais c'est pas d'ma faute ! J'ai oublié !"
    - "Tu as oublié de consulter ProNote, aussi ? Tu ne l'avais pas écrit dans ton agenda ? Montre-moi ton agenda.... Ah, dis donc... ça fait un moment que je ne donne plus de travail en anglais, si je me fie à tes écrits..."
    - "ProNote marche pas !"
    - "Peu importe, ce n'est même pas noté dans ton agenda, et ça, c'est ton obligation première... surtout si tu n'as pas ProNote. Ah la la, qu'est-ce que c'est pratique les pannes d'informatique qui ne touchent que ProNote !"

    J'avertis donc que c'est leur dernière chance, remplis de nombreux carnets pour signaler la situation aux familles, et peux enfin commencer le cours...

     

    Mardi 13 mai : je vérifie si les mots dans le carnet ont été visés par la famille. Rocambolesque !
    Pour la jeune fille extrêmement vindicative, Maman a écrit un mot confirmant qu'ils n'avaient pas accès à ProNote durant les vacances - je me fends d'une page d'explications (un travail à rendre reste à rendre même si l'on a été absent.... qu'à ce jour - 23 jours après voir donné le devoir - je ne l'ai toujours pas en main...).
    Le jeune homme pour qui ProNote tombe toujours en panne n'a pas fait signer le carnet :
    -" Mais mon père l'a vu."
    - "Je n'en ai pas la preuve, tu as donc un rappel un règlement."
    - "Ben z'avez qu'à l'appeler si vous m'croyez pas."
    - "Mais bien sûr, je n'ai que ça à faire... Oh, ben... y'a même pas les numéros de téléphone dans ton carnet! Tu me donnes son numéro, s'il te plaît ?"
    - "Je le connais pas."
    - "Ben voyons..."

    Je rends alors les devoirs collectés la veille, avec une note divisée par deux. Protestations de Zébulon, qui était absent du 23 au 25 avril inclus et m'a bien remis le devoir au retour des vacances.
    - "Ton absence est justifiée?"
    - "Oui, z'avez qu'à regarder mon carnet !"
    ...
    - "Ben je ne vois aucun justificatif d'absence pour cette période, c'est ballot..."
    - "Mais si !" , excédé, "y'a un papier quelque part dans le carnet !"
    Je fouine et tombe sur un certificat médical délivré le 23 avril par un médecin urgentiste.
    - "Euh ... Zébulon... ça c'est une dispense de sport... J'ignorais que l'Anglais était devenu une matière sportive..."

    ET CAETERA

    ET CAETERA

    Et ça ne va pas en s'arrangeant, les conseils de classe arrivant (les notes sont donc bouclées) ...

     

    Je suis désespérée tant j'ai l'impression d'être la "conne" du dîner de cons organisé par une bande de figurants payés une misère dans un programme de télé-réalité où la course à l'ignorance, la fainéantise et la mauvaise foi fait gagner des "points".

    Pour votre "culture", de la  2è minute à ... de cette vidéo

    Avec cette classe à l'ambiance provoc', qui refuse de participer, remet sans cesse en cause les cours ou  l'évaluation, lourde de regards étincelants et de ricanements échangés, sans réel travail sinon pour 4 ou 5 gamins imperméables, j'ai adopté la technique du "Je vais bien tout va bien", déjà testée dans le Bronx ... sans grand succès - disons qu'elle a le mérite de ne pas faire de vous un candidat potentiel aux Assises...

    Je vais bien, tout va bien !

     

     

    PS : dans cette mécanique s'ajoutent divers comportements légèrement totalitaires ou bugs gros comme mon nez en provenance de l'administration. Je me retrouve donc à l'origine d'une "fronde" dont nous allons présenter à la Cheffe un résumé cette semaine.

     

    *soupir*

     

     

     9 juin 2014 | Quitter l'enseignement ? | Commenter (5)Retour aux articles récents


    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Fée des agrumes
    Lundi 9 Juin 2014 à 23:18
    Vivement les vacances ?
    2
    Mardi 10 Juin 2014 à 00:30

    La classe de 4é : une des pires non .. quoique maintenant, les "petits anges" sont déjà des "terreurs à la maternelle"

    Je compatis, mon gendre est prof d'anglais Collège et sa sœur prof d'anglais Lycée !! ma voisine est prof etc etc .. donc, je connais les histoires de profs et d'élèves !

    Bon courage .. un sacré métier, faut garder le moral en ces temps difficiles ! ils ont pris le pouvoir les enfants ..

    @ bientôt Lulette

    3
    Mardi 10 Juin 2014 à 07:15

    1- Qu'est-ce que c'est, ProNote ?


    2 - Pourquoi tu ne mets pas zéro aux élèves n'ayant pas fait le travail ?

    4
    BORDS DE MER
    Mardi 10 Juin 2014 à 09:04

    C'est bien connu ,LULETTE ...  les profs sont trop payés ,ne FOOT (BRESIL )rien ,il y en a trop ,ont la sécurité de l'emploi ,et beaucoup de vacances  ......C'est à pleurer ! Que nous réserve cette génération d'enfants pour  certains ,paresseux ,soutenus par les parents ! Ces enfants  que vont 'ils devenir? Ils n'ont donc aucune ambition  ? Ne se rendent 'ils pas compte , que les langues vont ,avec l 'informatique ,devenir ,les bases d'échanges avec d'autres pays ?  Ils sont menteurs ,frondeurs ,la vie ,ce n'est pas une BD  ,un jeu  vidéo ,il faut se battre ,être le meilleur !  Il y a quelques années ,les profs étaient considérés ,admirés ,que sont 'ils devenus  .... BON COURAGE LULETTE  ,ce n'est plus un métier ,c'est un sacerdoce ! ! Ma fille ,a certainement moins de difficultés ,a essayer ,de sortir de l'impasse des enfants handicapés  !

    5
    Mardi 10 Juin 2014 à 11:26

    @ Fée : oui... et non ; si des choses ne changent pas, les vacances seront des pauses pour replonger dans un merdier de plus en plus difficile...

    @ Fleur de Rocaille : merci ! Tu sais, même en 6è cette année, nous avons été témoins de choses époustouflantes : dès le premier jour, une prof de Français explique le fonctionnement de son cours et un élève lui demande sans lever la main : "Et si j'ai pas envie?" ...

    @ Mario : ProNote est le logiciel scolaire où tu saisis les notes, les bulletins, les devoirs à faire, le déroulé des cours, tu peux y stocker les documents pour que les élèves absents récupèrent ce qu'ils ont manqué. Tu as également accès aux emplois du temps, aux données personnelles des familles (adresse, téléphone...), à des statistiques, aux relevés d'absences des élèves, etc.

    A ta 2è question, je vais avoir plus de mal à répondre. J'ai longtemps "refusé" de mettre des zéros, mais depuis cet épisode, j'en ai eu ras-le-bol et j'ai largement sévi.
    Mais en effet, il est formateur de signifier aux élèves qu'un travail non fait = zéro à l'école, ou licenciement dans la vie professionnelle, ou conséquences plus ou moins sévères dans la vie tout court.
    Mais les "pénalités" pour retard existent aussi dans la vie qui les attend : pénalités sur les impôts, avertissement professionnel ...

    @ Bords de mer : le problème, hélas, dépasse maintenant largement les murs de l'école ; c'est la société, et de plus en plus de parents, qui changent notre métier. Je n'oublierai jamais cette réplique cinglante et tellement symbolique, d'un parent d'élève il y a quelques années : "Si vous aviez fait acheter le cahier d'exercices, ma fille aurait progressé!"... Ce à quoi j'ai répondu : "La connaissance vaut donc 7 euros - et bien sûr, le classeur d'anglais est vide... Eh bien écoutez, gardez votre fille à la maison et achetez donc le cahier."

    A tous : ce billet d'humeur est assez caractéristique de l'état dans lequel nombre de profs se trouvent en juin. Les fins d'année n'ont plus beaucoup de sens... sans parler de la chaleur extrême qui nous tombe dessus ces jours-ci.

    6
    Mardi 10 Juin 2014 à 12:23

    J'ai senti le non aussi parce que comme tu le dis, si c'est pour retrouver le même merdier à la rentrée, les vacances sont tout juste une pause pour remonter les énergies  afin de tenir encore une année en plus ou moins bon état.

    La fin d'année est un bordel, même chez nous qui travaillons avec les adultes. J'en aurais des tonnes à raconter pour étayer tes propos bien que je ne nage pas dans des eaux identiques, j'ai la flemme maintenant. Je sens poindre une grande lassitude depuis quelques mois, lassitude non pas du métier mais des conditions dans lesquelles il est effectué, l'absence totale de considération et de reconnaissance sociale, les publics variés avec son humanité diverse et une foultitude d'aberration administratives, sociales, économiques...Et contrairement aux prof de formation initiale, nous sommes quasi inexistants. Qui a entendu un ministre de l’Éducation nationale parler des formateurs en formation continue? Alors que les autres n'arrêtent pas de répéter les besoins de formation des chômeurs, des salariés dans un monde qui s'accélère.

    Bon, je m'arrête là, j'ai faim et un bon repas m'attend, c'est plus simple.  sarcastic

     

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :